Saints Row IV : trop de Saints… ne tuent pas les Saints

– Bon les gars, Saints Row The Third a grave bien marché alors on va faire une suite !
– Ouaaaaais !!!
– Des idées pour cette suite qui doit déchirer encore plus sa race ?
– Eh bien… Il faudrait qu’on puisse faire encore plus de choses ! Comme par exemple euh… DES SUPER POUVOIRS !!!
– Génial comme truc ! Autres choses ?
– Euh… DES EXTRATERRESTRES !!!
– Woaaaa trop bien sa race ! OK c’est bon aussi on prend !
– Patron, on devrait aussi peaufiner l’histoire je pense… Il faudrait la rendre encore plus WHAT DA FUCK que celle du trois. Et avec tellement de références qu’on en violerait le copyright sans vaseline, avec du gravier et des termites ! Qu’en dites-vous, boss ?
– C’est dans la boîte ! Saints Row IV va roxxer du ponay !

Je suis persuadée qu’il y a dû y avoir une scène similaire dans les studios de Volition lors du développement de Saints Row IV. Et avec beaucoup de produits louches qu’ils ont dû consommer tout le long. En tout cas, pour avoir pondu un jeu pareil, c’était une étape obligatoire. J’attendais déjà ce jeu depuis la fin du troisième épisode comme une gamine qui attendait son tour de manège, c’est dire à quel point. Il suffit de lire ma critique dédiée pour en être convaincu. Un seul mot me passait par la tête pour qualifier ce jeu : jouissif. Mais alors, est-ce que les gugusses ont su maintenir le niveau déjà élevé avec cette suite ?

Quelques rectumifications

SaintsRowIV 2013-08-29 20-03-56-70Le jeu démarre déjà sur les chapeaux de roues avec une scène d’introduction qui plante le décor dès le début. Suite à un quiproquo (on peut dire ça comme ça, j’ai quand même pas envie de vous spoiler le tout début du jeu !), notre personnage devient Président des Etats-Unis. Voilà. Y a rien à savoir de plus si ce n’est que le Président a, du coup, un poil plus de « classe ». Il suffit de parcourir les couloirs de la Maison Blanche pour le constater. Sérieusement, vous avez déjà vu des bars à putes à l’intérieur ? Maintenant, oui. Mais comme le gentil Ben Parker disait : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Du coup, notre Président va devoir assurer sa nouvelle responsabilité qui est de gérer une invasion d’extraterrestres ressemblant étrangement aux frères Bogdanov.

Pour les habitués de SR III, ils ne seront pas dépaysés. Le gameplay est similaire à 90%. Pour beaucoup, cela leur convient étant donné que celui du précédent jeu était particulièrement efficace. Les 10% restants sont principalement des améliorations afin de rendre le jeu encore plus jouissif. Entre autres, la gestion des super pouvoirs, un léger lifting du HUD et de l’interface de navigation et encore plus de possibilités dans la création du personnage, dans la personnalisation des armes, etc. Bref, que du bon dans les nouveautés présentées.

A vrai dire, il n’y a pas tellement de choses à dire de plus lorsqu’on a déjà joué à SRIII. En fait, on peut résumer ce jeu par une simple formule :

Saints Row IV = Saints Row The Third + WTF * 100000

En gros. Pas très compliqué, n’est-ce pas ? Cela résume assez bien les choses, je trouve. Mais histoire de remplir mon quota minimum de lignes, je vais quand même détailler un peu plus. Mais d’un autre côté, je n’ai pas trop envie de vous en dévoiler trop car il faut vraiment le découvrir par soi-même. Du coup, je vais me contenter de donner mon avis sur les différents points.

Superman, c’est du caca de Pijak

SaintsRowIV 2013-08-27 22-41-48-52De manière générale, notre personnage est dès le début un personnage cheaté. Je pense que Volition tenait surtout à rendre le jeu très facilement accessible afin de pouvoir foutre le dawa le plus tôt possible. Et c’est réussi. Rien qu’avec le pouvoir de super saut et super vitesse, y a déjà moyen de créer un bordel monstre. Et puis bon, c’est pas grave de tuer les gens : ce n’est qu’une simulation, une matrice. Alors on s’en fout, hein ? Un jeu vidéo dans un jeu vidéo, quelle merveilleuse idée, moi je dis. Ce qui est dommage, en revanche, c’est qu’on finit par délaisser complètement les véhicules car au bout du compte, on se déplace nettement plus rapidement et facilement avec la super vitesse. C’est surtout con quand on voit qu’ils ont encore pousser la personnalisation des voitures encore plus loin. Bref, pimper les bolides, c’est complètement gadget dans SR IV.

Globalement, l’ambiance reste très similaire au précédent épisode, à la différence près qu’il y a encore plus d’événements improbables au point d’arriver au summum du WTF vers la fin du jeu. En revanche, il y a un point que j’aimerais souligner, c’est le nombre hallucinant de références vidéoludiques, cinématographiques et même littéraires dans ce jeu. Tous les remarquer relève de l’exploit. Je ne vous en dirai pas plus, ça sera à vous de les découvrir. En tout cas, moi qui suis une grande adepte de Mass Effect, j’ai été servie niveau références !

SaintsRowIV 2013-09-08 23-05-22-29A force, on pourrait avoir peur de ce cumul de WTF. Comme on dit, trop de délire tue le délire. Sauf que dans SR IV, il le reste toujours. Pire, on en redemande toujours plus, jamais trop. Le seul regret que j’ai pu avoir dans ce jeu, c’est l’absence de nombreux personnages de SR III que j’ai adorés, et ce, sans vraiment d’explications valables. De même, j’aurais aimé voir un mode coop avec plus de deux joueurs. Car je suis persuadée qu’il y a moyen de bien triper avec 3-4 personnes. C’est presque devenue la « norme » pour les modes coopératifs, et c’est bien dommage. Ah si, un dernier point. Désolée mais faut que ça sorte : CORRIGEZ CES PUTAIN DE BUGS COOP ! Voilà. Merci.

En résumé, les amateurs de Saints Row retrouveront facilement leurs marques, et les nouveaux joueurs pour découvrir là un univers complètement barré mais totalement jouissif, assumé à 100%. Mais il faut bien admettre qu’au final, Saints Row IV ressemble plus à une extension du III qu’une réelle nouveauté. Mais ça, ça sera peut-être pour le prochain jeu ?

Note personnelle :  8/10
Ouais, carrément, un joli 8. Parce que j’avais envie.

Partager cet article : Print this pageEmail this to someoneShare on Facebook6

Godot

Passionnée de jeux vidéo depuis... pas mal de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *