Prof. Layton VS Phoenix Wright : le duo de choc

professeur-layton-vs-ace-attorney-nintendo-3ds-1391538081-054Deux ans. Deux longues années que j’ai dû attendre avant de le voir enfin débarquer en France. Encore plus longtemps que Dishonored, où je n’ai dû souffrir qu’un an et demi environ. Il faut dire, ce genre de jeu n’est pas aussi populaire qu’au Japon, il n’y a qu’à comparer les dates de sorties des jeux Phoenix Wright entre les deux pays pour le comprendre, et c’est fort dommage. Pour une fois qu’un jeu d’origine japonaise me plaît (avec Pokémon)… Et, par chance, il se trouve que j’adore particulièrement les Professeur Layton et Phoenix Wright. Alors évidemment, l’annonce d’un crossover entre ces deux univers m’a totalement rendue hystérique (dans le sens figuré du terme, ne croyez pas que je me suis amusée à sauter partout dans la chambre, le cul à l’air).

Et puis dans le fond, l’idée n’est pas stupide quand on y pense. Un gentleman spécialisé dans les résolutions d’énigmes accompagné d’un avocat hors-norme, on ne pouvait pas espérer mieux. D’ailleurs, le titre peut à première vue porter à confusion. Bien que le jeu mentionne « VS », il s’agit bien d’une collaboration entre ces deux protagonistes plutôt qu’une confrontation. D’un autre côté, quand on regarde le trailer/teaser officiel du jeu sorti en 2010, on avait effectivement l’impression d’avoir affaire à une série d’affrontements. On pourrait supposer que le développement du jeu a légèrement dévié afin de mieux coller à l’esprit des personnages car, effectivement, connaissant leur mentalité, une potentielle rencontre ne peut être que favorable à une coopération plutôt que l’inverse.

Imaginez cette image en 3D.

Imaginez cette image en 3D.

Ne comptez pas sur moi pour vous raconter l’histoire du jeu, car il vaut la peine d’être découvert du début à la fin par vous-même. L’univers, quant à lui, se prête bien aux séries d’énigmes que l’on connaît tant avec le Professeur Layton. Du début à la fin, l’accroche au jeu n’a cessé de croître jusqu’à l’ultime générique de fin où, je dois avouer, ma gorge s’est légèrement serrée. L’alternance de gameplay entre Layton et Wright est parfaitement maîtrisée : les phases de résolution d’énigmes avec le Professeur Layton et les phases de procès avec Phoenix Wright, avec de temps à autre des petites surprises. En temps normal, je joue très peu sur 3DS (mon seul autre jeu étant Pokémon Y) mais ici j’admets que la qualité graphique est à couper le souffle. Capcom et Level 5 ont réussi à instaurer la 3D sur toutes les scènes, des énigmes jusqu’aux cinématiques. Quant au doublage français, c’est toujours un plaisir de retrouver le Professeur et Luke (les mêmes voix que dans les précédents jeux DS et 3DS). Et moi qui étais très intriguée par ce que pouvait bien donner voix de Phoenix, je n’ai pas été déçue. Le timbre colle parfaitement au personnage, au caractère un peu espiègle, et rien à dire sur Maya non plus. En revanche, impossible d’en dire autant pour les personnages secondaires où la qualité est très inégale, parfois déplorable (TA GUEULE LE JUGE). Mais voilà, je ne pourrais tout de même jamais y jouer en VO, rien qu’à cause de Layton et Phoenix Wright que j’adore en VF.

Pour rester dans l’univers sonore, la musique est encore une fois une pure merveille pour nos oreilles. Il n’y a qu’à entendre la musique du menu pour se faire une idée de la qualité audio : les compositeurs ont su parfaitement combiner le thème de Layton et celui de Phoenix Wright pour faire un générique grandiose (oui oui il FAUT cliquer sur tous ces liens). Je ne vous raconte pas le nombre de fois où mes oreilles ont joui.

professeur-layton-vs-phoenix-wright-ace-attorney-nintendo-3ds-1395216989-066Bon allez, histoire de chipoter un peu pour pas que je passe pour un vendu, on va passer aux choses qui fâchent (un peu, pas trop). La première remarque je me suis faite après une dizaine d’heures de jeu (un tiers du jeu) concerne la difficulté des énigmes qui est quasi-inexistante, à mon grand regret, moi qui suis fan de casse-tête. Alors certes, il y en a peut-être quelques-unes où j’ai passé un poil plus de temps, mais c’était dans l’ordre du quart d’heure plutôt que deux-trois heures (ce qui était le cas dans les dernières énigmes des jeux Layton où je m’arrachais parfois les cheveux, mais j’aimais ça), sans parler de l’énigme finale du jeu qui est juste une grosse blague. A l’inverse, les phases d’enquête avec Phoenix sont un poil plus complexes que les originales. Il m’est effectivement arrivée de dépenser pas mal de pièces SOS lors des procès, je l’admets, alors que je m’étais jurée d’en utiliser aucune. L’autre aspect un peu frustrant également, c’est qu’au final, on constate que le Professeur Layton est tout de même plus souvent mis en avant que Phoenix Wright, ce dernier ayant plutôt un rôle de « second » de Layton. Bien que je l’apprécie beaucoup, j’ai tout de même une préférence pour Phoenix, mais ça, ça reste purement personnel. Je trouve juste dommage qu’il n’ait pas été assez exploité, de même que j’aurais aimé voir Maya un peu plus avant (il faut rappeler qu’elle est medium et possède des pouvoirs qui pouvaient apporter du contenu intéressant à l’histoire, mais dans le jeu, son background est complètement mis de côté !).

professeur-layton-vs-phoenix-wright-ace-attorney-nintendo-3ds-1395216989-058Alors oui, d’un côté, certains fans (surtout les fans de l’avocat) pourront être déçus à cause de ces points noirs, c’est indéniable. Mais dans les jeux vidéo, chez moi, l’amour est plus fort (cette phrase est tellement niaise mais j’assume). L’avantage, c’est que les développeurs ont su garder les meilleurs éléments de gameplay qui ont fait le succès des jeux de chacun d’eux. Layton et Wright restent fidèles à eux-mêmes, pour le meilleur et pour le pire. Et maintenant, on en redemande encore.

Note personnelle : 8/10
Complètement pas objective, et j’en suis fière. Mais c’est comme ça : un crossover entre ces deux-là ne pouvait que être bien.

Partager cet article : Print this pageEmail this to someoneShare on Facebook0

Godot

Passionnée de jeux vidéo depuis... pas mal de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *