Nokia 8 – Présentation et Android Nougat (partie 1)

Je n’ai pas l’habitude d’écrire un tel article sur des produits de haute technologie (ou « high tech », si vous êtes du genre à apprécier l’anglicisme). A vrai dire, c’est même la première fois. Mais puisque je me suis portée volontaire pour vivre cette expérience, autant y aller jusqu’au bout…

Depuis plusieurs années, j’ai pu m’acquérir un certain nombre de smartphones, d’une durée plus ou moins longue selon les modèles. Je ne vous cache pas que mon favori reste jusque là le Nexus 5, que j’ai gardé presque 3 ans, pour de nombreuses raisons, mais je ne m’attarderai pas dessus. De ce fait, mon opinion concernant le Nokia 8 sera, en grande partie, en fonction des expériences vécues avec mes précédents téléphones (Android comme iOS, d’ailleurs). Inutile donc de préciser que cet avis est avant tout personnel et ne sera pas forcément en accord avec celle des autres.

Après l’échec des Windows Phones et de son système d’exploitation, Nokia décide donc cette année de sortir une toute nouvelle série de smartphones, allant de l’entrée jusqu’au haut de gamme. Ici, c’est le Nokia 8 qui sera sous les feux du projecteur, qui se classe donc dans le haut du panier. Commençons d’abord par l’OS intégré dans ce modèle. Cette fois, Nokia a fait le choix de proposer une expérience « Android pure » avec la version stock 7.1.1, sans aucune surcouche. La dernière fois que j’ai utilisé de l’Android pur, c’était à l’époque du Nexus 5, ce qui était un vrai bonheur. Je pense qu’il s’agit avant tout d’une question de goût car selon la marque, les surcouches proposées apportent également leur lot de fonctions que l’on n’a pas forcément dans la version d’origine. Personnellement, bien que j’adore les téléphones LG (je possède actuellement le LG G5), leur surcouche n’est clairement pas celle que je préfère, et revenir à la « source » m’a pas mal plu.

En deux semaines d’utilisation, je n’ai pas rencontré de difficultés gênantes concernant le système Android. Lorsque j’ai allumé le smartphone pour la première fois, les applications pré-installées étaient très peu nombreuses (à la différence de Huawei par exemple, bien que j’adore leur surcouche EMUI, il y a bien trop d’applications auxquelles je ne voyais pas d’utilité). Sauf erreur, je crois qu’il n’y avait que les applis Google basiques (Gmail, Photos, Messages, etc). L’avantage de proposer ce genre d’expérience également est la rapidité des mises à jour apportées à l’OS. De plus, aux dernières nouvelles, le déploiement d’Android Oreo est imminent pour le Nokia 8. J’attends donc avec impatience sa mise à niveau. Etant déjà familière à Android sans surcouche, je n’ai par conséquent pas été déroutée par son ergonomie. J’ai pu retrouver mes repères rapidement et personnaliser le téléphone à mon goût dès les premières minutes. J’ai remarqué la présence de la fonction de type « Always On », appelée « Glance » chez Nokia, qui permet d’afficher l’heure et certaines notifications lorsque l’écran est éteint. Malheureusement, à la différence de Samsung, ne s’agissant pas d’un écran Oled, cette fonction perd de son utilité la nuit puisque les pixels noirs sont également visibles, nous donnant donc l’impression d’avoir un écran intégralement allumé. Et sans parler de sa consommation en batterie. Je l’ai donc désactivée dès le début.

J’ai également rencontré quelques difficultés avec son capteur d’empreinte, certes bien placé (bien pratique de l’avoir à l’avant du smartphone), mais qui peut parfois se montrer bien capricieux. Et lorsqu’il fonctionne, je l’ai trouvé beaucoup moins réactif que celui de mon G5. Est-ce parce que la surface du capteur est trop fine ? Quand je le compare avec celui du OnePlus 5 par exemple, ce dernier est plus large et aussi bien plus réactif. Ou alors, le capteur n’aime définitivement pas mon pouce après plusieurs reconfigurations…

Le capteur d’empreinte du OnePlus 5 (à droite) est plus large et réactif que celui du Nokia 8

Un autre point qui m’a un peu perturbée est l’absence de LED de notifications. Je ne l’ai pas remarqué de suite, mais je me suis rendue compte qu’elle m’étais très utile pour savoir si j’avais reçu des messages sur mon G5 sans l’allumer. Pour un smartphone haut de gamme, cela me surprend beaucoup de Nokia d’avoir choisi d’exclure cette fonction qui peut être utile pour pas mal de gens, et je serais curieuse d’en connaître les raisons.

Malgré ces petits défauts, mon expérience d’Android avec ce téléphone en ressort positive. Je n’ai trouvé de reproches à faire quant à sa fluidité, que cela soit dans les applications de tous les jours ou les jeux (même si, il faut l’avouer, je joue assez peu sur mobile). Ajouter à cela l’écran que je trouve de très bonne qualité et agréable à utiliser (sa luminosité maximale me permet de l’utiliser sans problème en plein soleil, chose où j’avais du mal avec le G5 car pas assez lumineux).

Partager cet article : Print this pageEmail this to someoneShare on Facebook0

Godot

Passionnée de jeux vidéo depuis… pas mal de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *